La Fondation Boghossian – Villa Empain est exceptionnellement fermée le jeudi 20 juin. Nous vous remercions de votre compréhension et nous réjouissons de vous accueillir dès le vendredi 21 juin et jusqu’au 8 septembre pour la visite de l’exposition Josef et Anni Albers.

En soutenant la fondation Kayany et leur projet Ghata, la Fondation Boghossian apporte son aide à l’une des ONG les plus efficaces dans le domaine de l’éducation communautaire et l’aide à offrir des bourses et une protection aux enfants réfugiés les plus vulnérables. Ceux-ci étant des enfants et jeunes réfugiés syriens résidant dans des établissements informels sous tentes dans la vallée de la Bekaa au Liban.

Depuis le début de la crise syrienne, plus de 4,5 millions de Syriens ont trouvé refuge dans les pays limitrophes tel que le Liban qui accueille ¼ d’entre eux parmi lesquels 80% des enfants se retrouvent sans école. En réponse à cette crise, nombre d’ONG ont mis en place des programmes d’éducation communautaire auxquels viennent s’ajouter des mesures de protection de l’enfance et de nutrition.

La Fondation Kayany, une organisation non gouvernementale libanaise fondée en 2013 en réponse à la crise des réfugiés syriens, est l’une des ONG les plus efficaces à s’être engagées dans cette mission. Depuis la création du projet Ghata, la Fondation a établie quatre écoles dans les camp de la Bekaa, offrant une éducation de qualité à 3.500 étudiants âgés de 6 à 18 ans. A côté de ces quatre écoles, la Fondation Kayany a également construit et administre deux écoles secondaires et professionnelles pour filles de 14 à 18 ans.

Il faut savoir que Ghata est le nom donné aux structures portables conçues par le Professeur Rabih Ghibli de l’université américaine de Beyrouth et ses étudiants. Ces structures d’environ 20 mètres carrés chacune peuvent être assemblées afin de créer un espace de 40 mètres carrés permettant de créer une classe pouvant accueillir jusqu’à 35 étudiants.
Facilement montables et démontables et résistantes aux conditions météorologiques les plus sévères, ces unités peuvent être construites par les réfugiés à partir de matériaux locaux peu couteux. La modularité des éléments permet de facilement les adapter aux besoins spécifiques de chaque site mais également de leur attribuer des fonctions diverses allant de la salle de classe au coin cuisine permettant d’offrir deux repas sains par jour aux élèves réfugiés. A ce jour, le Ghata est la seule structure portative approuvée par le Ministère libanais des Affaires Sociales.